Archive for Conseils santé

Adoméa, une aide à domicile plus économique

Aide personne

En vieillissant la mobilité se réduit ce qui peut entraîner à terme un besoin d’assistance. Notre objectif est de vous accompagner au mieux. Conscient des lourdes dépenses que peuvent engendrer la santé, Adoméa aide à la personne vous aide à réduire les potentiels coûts qu’un besoin d’assistance peut engendrer.

Ce service propose de réduire à 0 le coût des devis ainsi que des frais d’inscription, de dossier, de déplacement et de résiliation. Adoméa propose également de vous accompagner dans les démarches administratives nécessaires afin de bénéficier de l’Allocation personnalisée d’Autonomie (APA) et ainsi déduire jusqu’à 50% de nos prestations à vos impôts.

Par Samy Farhat

Posted in: Conseils santé

Leave a Comment (0) →

Conseils nutrition : Bien manger !

Conseils Nutrition, bien manger

Conseils nutrition : Bien manger !

Être en bonne santé est le résultat de plusieurs facteurs (faire du sport, bien dormir, se détendre etc…). L’un des facteurs les plus importants si ce n’est LE plus important est le fait d’adopter un bon régime alimentaire.

Que signifie « bon régime alimentaire ? »

  • Une alimentation équilibrée ET diversifiée
  • Consommer des aliments « frais » et sous forme de végétaux
  • Privilégier les aliments forts en apports nutritionnels plutôt qu’en calories
  • Limiter le sucre et le sel
  • Ne pas grignoter entre les repas

Voyons plus en détail en quoi cela consiste :

Conseils bien-être1. Tout d’abord, il est indispensable de savoir qu’une alimentation équilibrée permet de conserver un poids stable ce qui est rarement le cas lors de régimes ou l’on reprend aussi vite les kilos perdus. Manger équilibré est bon pour la santé.

L’équilibre alimentaire permet de se sentir bien en maintenant le bon fonctionnement de l’organisme, d’éviter tous signes de fatigue dus à un manque de vitamines ou minéraux, d’avoir un bon système digestif sans troubles digestifs et de prévenir certaines maladies comme le diabète, les maladies cardiovasculaires, les cancers, l’hypercholestérolémie, l’hypertension artérielle tout en ralentissant le vieillissement dû à des carences.

2. D’une manière générale il convient de privilégier les aliments frais car ces derniers contiennent moins voire pas d’additifs contrairement aux produits industriels qui eux se veulent plus « artificiels » avec davantage de sucre, plus de graisse… qui peuvent conduire à des problèmes de santé à long terme comme le vieillissement accéléré ou le risque cancérigène.

Préparer à manger

D’autre part, il est fortement conseillé de favoriser les végétaux crus, secs, fermentés ou cuits car plus adapté à la digestion et permet aussi de maximiser l’apport en fibre.

3. Plus un aliment est dense nutritionnellement, plus il renferme de vitamines et de minéraux pour un nombre de calories donné. Cela signifie qu’en les mangeant plutôt que d’autres qui apportent des « calories » vides, vous fournissez à votre corps les micronutriments dont il a besoin pour donner le meilleur de lui-même.

A contrario plus un aliment est dense d’un point de vue calorique ne signifie pas forcément que celui-ci est riche en apports nutritionnels. L’objectif n’est donc pas de manger beaucoup mais en quantité suffisante des aliments sains.

Etre en bonne santé

4. Une règle simple à suivre consiste à limiter le sel et le sucre dans notre régime alimentaire car consommé en trop grande quantité le sel ou le sucre peuvent amener de sérieux problèmes de santé comme des troubles cardio-vasculaires, diabète etc…

5. Les raisons du grignotage sont multiples : stress, fatigue, gourmandise, besoin de réconfort etc. En général gras et sucrés, les aliments grignotés à toute heure de la journée ne sont pas sans incidence sur la santé.

Le grignotage n’est pas sans incidence sur la santé. En effet, les professionnels de santé s’inquiètent du rôle qu’il aurait dans l’apparition du surpoids et de l’obésité. Le grignotage apporte en moyenne 484 kcal/jour aux grignoteurs réguliers et 273 kcal/jour aux occasionnels.

En multipliant les prises alimentaires en dehors des repas, cela augmente sensiblement les apports caloriques sur la journée. L’excès énergétique est alors rapidement transformé par l’organisme en masse grasse.

Rester en bonne santéQuelques conseils supplémentaires :

  • Faire trois repas par jour et une collation si besoin.
  • Vos repas doivent faire 30 minutes minimum.
  • Bien mastiquer.
  • Ne jamais sauter de repas.
  • Manger à des heures régulières, dans le calme et en position assise
  • Boire au moins 1,5L d’eau par jour, en buvant tout au long de la journée et par petites gorgées durant le repas.

Par Samy FARHAT

Posted in: Conseils santé

Leave a Comment (0) →

Astuces fortes chaleurs et canicule

Astuces fortes chaleurs canicule

Une période de forte chaleur met à dure épreuve l’organisme et peut avoir de graves conséquences sur la santé telles que :

la déshydratation, coup de chaleur, hyperthermie (hausse de la température corporelle), voire décès dans les cas extrêmes.

Tout un chacun peut souffrir des effets délétères d’une vague de chaleur. Des personnes sont toutefois plus à risque que d’autres et nécessitent une attention particulière :

– Les nourrissons et les enfants,
– Les femmes enceintes,
– Les personnes âgées,
– Les malades chroniques ou sous certains traitements (tranquillisants, antidépresseurs…),
– Les personnes atteintes de troubles des fonctions supérieures (mémoire, démence…),
– Les travailleurs,
– Les sportifs…

Quelques gestes simples permettent de se préparer à de fortes chaleurs, de s’en protéger et de s’entraider :

Comment se préparer ?

S’assurer du bon fonctionnement des fenêtres, volets, stores, thermomètres, ventilateurs, climatiseurs, frigos, congélateurs…

S’informer quotidiennement sur les prévisions météorologiques.

En cas de maladies chroniques ou de traitements médicamenteux, demander conseil à son médecin sur les précautions à prendre en cas de forte chaleur (adaptation de dosage, suspension de traitement…), certains médicaments peuvent aggraver les symptômes de déshydratation ou de coup de chaleur.

Comment se protéger ?

Rester au frais.

Boire davantage et régulièrement sans attendre d’avoir soif.

Boire de l’eau essentiellement.

Eviter l’alcool, les boissons sucrées et les boissons contenant de la caféine.

Faire boire beaucoup et régulièrement les enfants et les personnes âgées.

Préférer les repas froids et légers riches en eau (fruits, salades, légumes, produits laitiers…)

Porter des habits amples, légers, clairs, de préférence en coton…

A l’extérieur, porter une casquette ou un chapeau et emporter avec soi une bouteille d’eau et un brumisateur.

Se rafraîchir régulièrement avec des douches fraîches ou des compresses humides sur le corps.

Utiliser un ventilateur pour faire circuler l’air.

Réduire l’activité physique et éviter les efforts physiques pendant les heures les plus chaudes.

Garder la fraîcheur dans son habitation : maintenir les fenêtres, les volets et les stores fermés pendant la journée, tant que la température extérieure est supérieure à la température intérieure, les garder ouverts tôt le matin, tard le soir et la nuit en créant des courants d’air.

Si l’habitation ne peut être rafraichie, prévoir de rester dans un endroit frais, voire climatisé pendant les heures les plus chaudes (endroits ombragés, grands magasins, cinémas, églises…)

Limiter l’utilisation des appareils électriques dégageant beaucoup de chaleur (four, éclairage, télévision, ordinateur…)

Ne laisser personne ni aucun animal dans un véhicule fermé.

Comment s’entraider ?

Demander de l’aide à temps à ses proches ou ses voisins. Ne pas rester isolé(e).

Offrir son aide à ses proches ou ses voisins, en particulier les personnes âgées, handicapées ou fragilisées. Ne pas les laisser isolé(e)s.

Signaux d’alerte en cas de déshydratation ou de coup de chaleur :

– Fatigue, faiblesse
– Maux de tête
– Crampes musculaires
– Confusion, vertiges, désorientation
– Nausées, vomissements, diarrhées
– Bouche sèche
– Température élevée
– Pouls rapide

Secours

Si vous constatez ces symptômes, chez vous ou chez une personne de votre entourage, contactez les secours d’urgence :

– Le 15 : le Samu ;
– Le 18 : les pompiers ;
– Le 112 : numéro européen d’urgence.

En attendant l’arrivée des secours, placez la personne à l’ombre, hydratez-la et éventez-la.

Posted in: Conseils santé

Leave a Comment (0) →

Conseils en cas de canicule

Conseils en cas de caniculeConseils généraux

– Passer au moins 3 heures par jour dans un endroit frais (supermarchés, cinéma, bibliothèques municipales…) ;

– Se rafraîchir et se mouiller le corps plusieurs fois par jour (prendre des douches ou des bains sans se sécher ou s’humidifier le corps à l’aide d’un brumisateur ou d’un gant de toilette mouillé) ;

– Boire fréquemment et abondamment même lorsque l’on n’a pas la sensation de soif (boire au moins 1,5 litres d’eau par jour) ;

– Eviter de sortir aux heures les plus chaudes et maintenir sa maison fraîche (fermer les volets et les fenêtres la journée, les ouvrir le soir s’il fait plus frais) ;

– Enfin, un message de solidarité : ne pas hésiter à aider et à se faire aider.

 

Prendre soin de nos aînés

Les personnes âgées sont plus fragiles que l’ensemble de la population. Elles sont ainsi les premières personnes qui devront appliquer les conseils prodigués ci-dessus. Ce sont elles qui devront faire appel à leur famille ou à leur entourage pour se faire aider, loger… en cas de fortes chaleurs.

La mise en place des dispositifs Plan vermeil et Plan bleu permet de les aider, qu’elles vivent à domicile ou dans des établissements spécialisés.

Posted in: Conseils santé

Leave a Comment (0) →

Canicule : 5 conseils pour prévenir les risques

5 conseils canicule1 – Buvez :

Fréquemment et abondamment

(au moins 1,5 litre d’eau par jour même si vous n’avez pas soif)

2 – Evitez de sortir :

aux heures les plus chaudes et de pratiquer une activité physique, maintenez votre logement frais

(fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais)

3 – Rafraîchissez-vous et mouillez-vous :

le corps plusieurs fois par jour

(douches, bains, brumisateur ou gant de toilette mouillé, sans vous sécher)
  

4 – Passez si possible 2 à 3 heures par jour :

dans un endroit frais

(cinémas, bibliothèques municipales, supermarchés…)

5 – Aidez les personnes :

les plus fragiles et demandez de l’aide

(notamment auprès de votre mairie)

Télécharger (PDF, 211KB)

Posted in: Conseils santé

Leave a Comment (0) →

Fiche pratique santé

 
Maladie de Parkinson

Maladie de Parkinson

Elle touche près de 100 000 personnes en France, essentiellement des hommes âgés de 50 ans et plus. La maladie de Parkinson est de mieux en mieux soignée, mais demeure une maladie neurologique dégénérative grave.

Qu’est-ce que c’est ?

La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique qui provoque notamment un tremblement des membres, ainsi qu’une raideur et une lenteur des mouvements. Elle touche environ 1% de la population âgée de 50 ans et plus. Les cellules nerveuses situées dans un noyau gris central appelé Lopus Niger meurent peu à peu, provoquant ainsi une insuffisance de la sécrétion de dopamine, un neurotransmetteur qui agit sur les cellules d’un autre noyau gris, qui intervient dans la régulation motrice. S’ensuivent des troubles moteurs, qui augmentent avec le temps. La maladie peut se déclencher brusquement après un stress, mais le plus souvent, elle apparaît au fil du temps, avec des symptômes progressifs.

Quelles sont les causes ?

La cause initiale de la maladie demeure inconnue. Toutefois, on croit qu’il peut exister une prédisposition héréditaire, mais elle n’aurait pas un rôle primordial. On a également évoqué la possibilité que les éléments toxiques que l’on trouve en milieu rural, tels que les pesticides, puissent jouer un rôle dans le déclenchement de la maladie.

Quels sont les symptômes ?

– Le premier signe est souvent la micrographie : la personne malade se met à écrire tout petit, en pattes de mouche.

– Ensuite apparaît ce que l’on nomme le syndrome parkinsonnien : tremblement des membres au repos, raréfaction et lenteur des mouvements, augmentation du tonus musculaire. L’un ou l’autre de ces symptômes peuvent être plus prononcé que les autres.

On note aussi parfois :
– Une exagération des réflexes.
– Un visage figé.
– Des troubles de l’élocution. – Après plusieurs années, certains malades développement également une démence. – Une dépression est parfois associée aux symptômes physiques de la maladie.

Comment établit-on le diagnostic ?

Le diagnostic ne s’établit que d’après les signes cliniques et d’après la réaction au traitement. Aucun examen ne permet de confirmer la présence de la maladie de Parkinson, excepté un examen post-mortem du cerveau. Une IRM peut éventuellement permettre d’écarter une autre cause qui pourrait expliquer les symptômes.

Quels sont les traitements ?

– L’injection de L-dopa (qui se transforme en dopamine dans le corps) plusieurs fois par jour est le traitement le plus efficace. Il permet de faire quasi-disparaître les symptômes pendant 3 à 8 ans, on parle de lune de miel. Mais il peut générer des complications motrices et son efficacité semble s’amoindrir avec le temps.

– C’est pourquoi les premières années, les médecins peuvent choisir de commencer par des agonistes dopaminergiques. Ce n’est pas de la dopamine mais une substance qui copie ses effets et son action. – La kinésithérapie permet une rééducation globale de la marche et de l’équilibre.

– Dans les cas de tremblements particulièrement invalidants, on peut procéder à une intervention chirurgicale (pose d’électrode), qui permettra de les réduire. Elles sont implantées dans les noyaux sous-thalamiques et reliées à un boitier externe, que le patient peut manipuler lui-même.

Quelle est l’évolution de la maladie?

Généralement, les symptômes finissent tout de même pas revenir et s’amplifier progressivement. Mais grâce aux traitements aujourd’hui disponibles, les patients peuvent garder longtemps une vie active et avoir une durée de vie normale.


 
Maladie d'Alzheimer

Maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie du cerveau qui touche entre 1 et 5,8% des plus de 65 ans, et environ 10% des plus de 85 ans. Le point.

Qu’est ce que c’est ?

C’est une maladie neurologique chronique causée par une diminution progressive du nombre de neurones. En conséquence, le cerveau ne fonctionne plus aussi bien : il n’arrive plus à analyser les informations venant du monde extérieur. Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont des difficultés pour accomplir les tâches du quotidien comme de s’habiller ou de préparer un repas, pour se souvenir, comprendre ou prendre des décisions.

Quelles sont les causes ?

Elles restent inconnues, aucune hypothèse n’apportant entière satisfaction. Parmi elles, on peut citer les hypothèses neurochimiques (déficit d’une enzyme dans le cerveau), génétiques, virales, immunologiques, vasculaires…

Quelles sont les signes ?

Les premiers signes varient d’une personne à l’autre et ils apparaissent très progressivement, tout en s’aggravant avec le temps. Les premiers signes sont généralement :
– Des troubles de la mémoire concernant des événements récents.
– Des difficultés pour s’adapter à des nouveaux lieux ou situations.
– Des troubles du langage : difficultés pour utiliser correctement les mots ou pour trouver ses mots.
– Des difficultés pour apprendre de nouvelles choses, pour faire des calculs.
– Des troubles du comportement : indifférence aux choses, désintérêt, irritabilité peuvent apparaître. Ensuite l’évolution est très progressive. Elle aboutit dans la phase la plus avancée à une perte d’autonomie.

Qui consulter ?

Un neurologue, les consultations mémoire.

Comment faire le diagnostic ?

Il n’existe aucun test ou examen permettant de donner directement un diagnostic. Celui-ci repose sur plusieurs arguments : d’abord il faut éliminer les autres maladies pouvant être à l’origine des troubles (syndrome dépressif, troubles de la thyroïde, déficit en vitamine B12, lésions vasculaires cérébrales, etc.). Ensuite, le médecin fait passer au patient plusieurs examens : scanner, IRM, analyses de sang, tests psychologiques… En fonction de l’ensemble de ces résultats, il est possible d’établir un diagnostic.

Quels sont les traitements ?

A ce jour, il n’existe pas de traitement pour guérir de la maladie d’Alzheimer. Cependant, les traitements les plus récents, pris à un stade précoce, permettent de freiner l’évolution de la maladie. Mais l’essentiel du traitement repose sur la prise en charge du malade par les proches dans un premier temps, puis avec l’aide à domicile. L’autonomie du malade et son maintien à domicile peuvent ainsi être maintenus très longtemps. Les familles et proches peuvent obtenir des informations, des aides (psychologiques, financières, pratiques…) et du soutien auprès des associations, par exemple France Alzheimer.

Posted in: Conseils santé

Leave a Comment (0) →